En direct

Un dictionnaire libanais qualifie les algériens de collaborateurs

  • Le mis en cause a bénéficié de la relaxe après avoir présenté tous les documents légaux nécessaires des différents services concernés au niveau du ministère de la culture et des services des douanes, qui lui ont permis d’importer des dictionnaires depuis la capitale libanaise Beirouth.
  • Pour rappel, les services de la gendarmerie nationale ont procédé l’année dernière, suite à des informations concernant ces dictionnaires. Une enquête a été ouverte et qui a abouti au nommé « M. B. », importateur. Plusieurs copies du dictionnaire ont été écoulées au niveau de sa librairie sis à Batna ville avant la saisie du dictionnaire et son retrait du marché. La direction de la culture de la wilaya de Batna a donné son avis sur le sujet avant que le dossier ne soit transféré à la justice qui a relaxé l’accusé.
  • Que l’erreur soit préméditée ou non, l’importateur ne doit pas l’assumer tout seul. C’est à l’auteur, l’éditeur et au instances chargées du contrôle de ce qui entre dans le pays d’assumer la responsabilité.
  • A noter que l’auteur et l’éditeur du dictionnaire ont présenté leurs excuses par écrit au mis en cause « M. B. » et à toutes les parties concernées en Algérie.
  •  
  • Ennahar/ Saïd Herika

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!