Monde

Un évêque américain reconnu coupable d'avoir couvert des prêtres pédophiles

   

 L’évêque Mgr William  Lynn a été reconnu coupable vendredi à Philadelphie (Pennsylvanie, est) d’avoir  couvert des prêtres pédophiles, devenant le plus haut responsable catholique  américain sanctionné par la justice dans une affaire de ce type.    Mgr Lynn, 61 ans, a été reconnu coupable de mise en danger d’enfants, au  terme d’un procès de 10 semaines. Passible de trois ans et demi à sept ans de  prison, selon le ministère public, il connaîtra sa sentence le 13 août.    Dans l’attente de la condamnation, la juge Teresa Sarmina a ordonné son  incarcération immédiate, malgré les protestations de la défense.    "Il est déçu" par le verdict, a affirmé son avocat, Thomas Bergstrom. "Mais  dans le même temps, il comprend. Parce qu’il reconnaît que ces jeunes hommes  ont été agressés".    Ancien responsable du personnel du diocèse de Philadelphie, Lynn était  accusé d’avoir dissimulé des cas d’agressions sexuelles et de n’avoir rien fait  pour éloigner au moins deux prêtres de postes les mettant en contact avec des  mineurs.     L’un des deux, le prêtre défroqué Edward Avery, a plaidé coupable à la  veille du procès et a été condamné à une peine comprise entre 2 ans et demi et  cinq ans de prison.    L’autre, James Brennan, était accusé d’agressions sexuelles contre de  jeunes garçons dans les années 1990, mais le jury n’a pas été en mesure de  rendre un verdict, expliquant avoir besoin de "clarifications" quant aux  accusations pesant à son encontre.    "Tous les jurés veulent que justice soit rendue", a déclaré l’un d’eux, Isa  Logan. "Mais nous voulons faire ce qui est juste".    Le procureur de Philadelphie, Seth Williams, a indiqué ne pas avoir décidé  s’il demanderait un nouveau procès contre Brennan.    Dans ce volet de l’affaire, Mgr Lynn a été acquitté des chefs d’accusation  de mise en danger d’enfants et complot visant à mettre en danger des enfants.    Le verdict de culpabilité prononcé vendredi concerne les faits impliquant  Edward Avery. Il a été applaudi par l’organisation BishopAccountability.org,  qui lutte contre les agressions pédophiles de ce type.    "Il s’agit d’une étape majeure dans la reconnaissance par la justice que  quelqu’un dans la position de Lynn peut mettre en danger un enfant", a déclaré  Terry McKiernan, président de l’organisation.    "La décision du jury ne constitue certes pas une reconnaissance totale (des  faits), mais la vérité est maintenant révélée", a estimé pour sa part l’avocat  Jeff Anderson, un spécialiste des affaires de pédophilie.    "Jusqu’à maintenant, aucun haut responsable catholique n’avait été reconnu  coupable de mise en danger. Ce précédent est un motif d’espoir et une promesse  de jours meilleurs", a-t-il ajouté.    Lors du procès, la procureur adjointe Jacqueline Coelho avait décrit Mgr  Lynn comme "le gardien des secrets", investi de la mission de protéger l’Eglise  des scandales et de maintenir les fidèles dans l’obscurité.    Le procureur Williams a prévenu que ses services n’hésiteraient pas à  amener d’autres affaires similaires devant la justice.    "Je ne saurais dire à quel point il est important que les victimes  signalent ces crimes aux forces de l’ordre, et pas seulement aux institutions  qui pourraient elles-mêmes être coupables", a-t-il déclaré.    Ce verdict tombe une semaine après la publication d’un rapport indiquant  que de nombreux fidèles pensent toujours que des cas d’agressions sexuelles  surviennent à haut niveau dans l’église catholique, ou sont couverts par les  évêques.    Ce document, publié par la Conférence des évêques américains, affirme aussi  que si des "progrès saisissants" ont été réalisés en 10 ans dans la lutte  contre la pédophilie, "beaucoup de travail reste à faire".
 
 
 

Algerie – ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!