Monde

Un Français proche des milieux islamistes belges tué en Syrie

Raphaël Gendron, un Français de 38 ans  proche des milieux islamistes belges, a été tué dimanche alors qu’il combattait  dans les rangs d’une brigade islamiste en Syrie, ont rapporté lundi des médias  belges.    Raphaël Gendron s’était rendu en Syrie il y a plusieurs mois afin de  combattre le régime de Bachar al-Assad dans les rangs d’une brigade islamiste,  les Faucons du Sham, dirigée par Abdelrahman Ayachi, fils de l’imam radical  Bassam Ayachi, selon le site internet des journaux du groupe du groupe de  presse belge SudPresse (Rossel).    Raphaël Gendron a été tué dimanche après-midi dans le nord de la Syrie lors  d’affrontements avec les troupes loyales au régime de Damas, tandis  qu’Abdelrahman Ayachi était blessé au dos et à la tête, selon la même source.    Un proche de la famille de Raphaël Gendron a confirmé son décès, selon  l’agence Belga.    Raphaël Gendron, qui résidait à Bruxelles depuis de nombreuses années,  était l’une des chevilles ouvrières du Centre islamique belge Assabyle (CIB),  considéré comme un foyer du radicalisme islamique en Belgique, qu’a longtemps  dirigé l’imam d’origine syrienne Bassam Ayachi, 68 ans.    Raphaël Gendron avait été condamné en Belgique en 2009 à une amende pour  incitation à la haine raciale pour une vidéo diffusée sur le site internet du  CIB, dont il était le responsable.     En novembre 2009, Raphaël Gendron et Bassam Ayachi avaient été arrêtés dans  le sud de l’Italie après la découverte d’immigrés clandestins dans leur  camping-car. La justice italienne les avaient accusés d’avoir mis sur pied un  "réseau de soutien logistique d’une organisation terroriste internationale"  liée à Al-Qaïda. Après quatre années de prison, ils ont été blanchis en appel  et ont pu rentrer en Belgique en juillet 2012.    Le départ vers la Syrie de jeunes musulmans radicalisés, un phénomène qui  concerne plusieurs pays européens, dont la France et les Pays-Bas, a suscité  une forte émotion en Belgique depuis plusieurs semaines.    Selon les autorités du royaume, quelque 80 ressortissants belges, dont une  majorité est originaire de Flandre, ont rejoint les rangs des combattants  rebelles et plusieurs ont été tués.     Les responsables belges, du gouvernement aux autorités de villes comme  Anvers ou Malines, ont multiplié les réunions ces derniers jours pour tenter  d’endiguer le phénomène. 
   

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!