En direct

Un policier accuse un bijoutier de terrorisme pour s’emparer des bijoux

  • Le mis en cause a été impliqué dans une tentative de vol d’une parure de bijoux et des bagues de fiançailles d’une grande bijouterie à Didouche Mourad. Il a été poursuivit pour délit de vol avec utilisation d’arme à feu, agression et blessures préméditées avec arme blanche contre le propriétaire de la bijouterie qui a été atteint d’une balle au niveau de la jambe qui lui a value une incapacité de 07 jours. Le policier, quant à lui, a échappé aux coups de feu.
  •  
  • L’affaire, traité par le tribunal de Sidi M’hamed, remonte au 31 juillet 2006, lorsque l’accusé rentre dans la bijouterie pour acheter une parure en or et une bague de mariage, selon les déclarations de la victime. Selon ce dernier, l’accusé est rentré dans la bijouterie deux fois pendant qu’il parlait au téléphone. Il lui demande le prix de la parure et des deux bagues puis est sorti. La victime commence alors à douter de quelque chose et décide de mettre à portée de sa main une bombe à gaz pour se défendre lui et son compagnon qui était dans l’atelier de confection de bijou.
  •  
  • La victime a déclaré qu’il s’était entendu avec l’accusé sur le prix des bijoux qu’il avait mis dans un sachet en plastique et s’apprêta à faire la facture lorsqu’il voit une arme de calibre 9 mm pointée vers sa tête. L’accusé, en pointant son arme vers lui, l’avait accusé de terrorisme. Une bagarre s’en suit entre les deux personnes lorsqu’une balle perdue atteint la victime dans la jambe. Deux balles du fusil de chasse de la victime atteignent l’accusé au niveau du ventre.
  •  
  • Selon la victime, son ami, qui était dans l’atelier aurait ramené le fusil de chasse et s’apprêtait à appeler les secours lorsque l’accusé essayait de se relever. A ce moment un agent de sécurité ayant intervient et demande à l’accusé de déposer son arme l’informant qu’il était policier. L’accusé continue à tirer ce qui a poussé la victime à tirer une balle qui atteint l’accusé à la main droite.
  •  
  • Devant le tribunal, l’accusé nie les accusations contre lui et déclare ne pas avoir tenter de voler mais que la victime avait douté de lui. Selon lui, il avait demandé un verre d’eau et lorsqu’il avait levé la main pour boire, la victime a vu son arme et a paniqué. Mais les preuves réunies étaient toutes contre l’accusé M. M. surtout le sac qui était en sa possession qui contenait deux cordes et un rouleau de bandes adhésives en plus de sacs en plastiques.
  •  
  • La fiancée de ce dernier, présente comme témoin, elle a déclarée qu’elle allait se marier après un mois. Elle ajoute que la veille de l’incident, son fiancé était venu à la maison lui dire qu’il allait lui acheter une parure en or et deux bagues et qu’il possédait l’argent nécessaire pour cet achat. Il a déclarée que son fiancé l’avait appelé trois fois au téléphone pour lui dire qu’il était chez le bijoutier. De son côté, le frère de l’accusé a déclaré qu’il avait lui-même acheté les deux cordes et les bandes adhésives. Selon lui, son frère (l’accusé) lui avait demandé de les acheter car il en avait besoin pour emballer des appareils électroménagers.
  •  
  • Ennahar/ Hadjira Saket
  •  
  •  

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!