En direct

Un rescapé du carnage de Sid Aïch raconte

  • Le patriote qui a préféré garder l’anonymat, a déclaré que les terroristes avaient minutieusement planifié leur attentat après avoir épié le véhicule utilitaire qui transporte les patriotes chargés de la sécurité de la société turque. Notre interlocuteur qui était dans un état psychologique lamentable pense que ces terroristes étaient venus le jour même de Tizi Ouzou à la recherche de ravitaillement.
  • Celui-ci raconte que lui et un autre patriote ont miraculeusement échappés à la mort après l’explosion de la bombe et les tirs nourris des terroristes de tous les côtés.
  • A l’hôpital de sidi Aïch, nous avons rencontré « A. L. » qui se trouvait à bord du bus de la mort. Il était dans un état lamentable après la perte de deux de ses frères. Il avait failli y laissé sa vie lui aussi. « On rentrait chez nous par bus. Arrivés à un virage au village de Iflih dans la Commune de Tfra, nous avions été surpris par une embuscade par un groupe de terroristes. Ils étaient cachés sur les hauteurs et nous ont tiré dessus tuant tous les occupants du bus. Moi, je me suis jeté du bus et dégringolé jusqu’à une rivière ». Ce dernier a pu rejoindre les services de sécurité qui l’ont transporté à l’hôpital de Sid Aïch.
  • A noter que quatre victimes ont été transportées à la morgue de Sidi Aïch et les trois autres à la morgue de Béjaïa. Parmi les victimes le nommé « A. S. » un quinquagénaire, marié et père d’enfants, « A. R. » 37 ans, originaire du village de Imeghdasen et « H. M. », la quarantaine, marié et originaire de la Commune de Akfadou. « H. Madjid », « H. Abdelaziz » et « D. Mohamed Larbi », de la Commune de Chemini et « Hamou T. » de Tibane.
  •  
  • Ennahar/ Laïd M./ Kahina B.  

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close