Monde

Un rescapé raconte le carnage de Bordj Bouaréridj

  • Il y a une seule route entre les régions d’El Kesir et Mansoura. Ce qui veut dire que si la route est coupée, vous ne pourriez plus rebrousser chemin. Les terroristes ont fait sauter un camion sur le pont. Six véhicules de marque Toyota, transportant des ingénieurs chinois qui travaillent sur le tronçon de l’autoroute Est-Ouest, au niveau de la wilaya de Bordj Bouaréridj, escortés par des gendarmes ont été surpris par l’attaque des hordes sauvages qui les ont mitraillés.
  •  
  • La route est prise entre deux montagnes aux forêts très denses, ce qui a aidé les terroristes à se cacher et à agir avec aisance dans leur criminelle besogne. Tous les occupants des six véhicules ont été tués en plus de quelques citoyens qui tentaient de fuir l’enfer de la bataille.
  •  
  • Lorsque les gendarmes de Mansoura ont entendu les coups de feu et les informations données par les rescapés qui ont réussi à fuir, ils se sont dépêchés sur les lieux à pieds pour aider leurs collègues. Là, le carnage a eu lieu le deuxième carnage. Les terroristes étaient au nombre de 40 alors que les gendarmes de Mansoura n’étaient qu’une quinzaine d’éléments seulement en plus ils étaient à pieds. Six d’entre eux ont été lâchement tués. Les terroristes ont alors prit la fuite, dans des véhicules appartenant à des citoyens, en direction de la forêt de Oued Messissi.
  •  
  • Une heure après, les forces de l’armée sont arrivées sur les lieux. La route à alors été dégagée et les corps transportés vers l’hôpital de Bordj Bouareridj.
  •  
  • Ennahar

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close