En directAlgérie

Un séisme de 7 degrés pourrait ruiner Alger, selon un expert

Algérie – Le Directeur de Recherche à l’université de l’USTHB, expert en génie parasismique et dynamique des sols et Président du Club des risques majeurs, Abdelkrim Chelghoum, a affirmé mardi qu’un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter pourrait dévaster la ville d’Alger.

En 2005, l’expert avait prévu qu’un séisme de magnitude 7 à l’échelle de Richter dévasterait totalement la capitale (Alger). Pour justifier sa prévention, l’expert a indiqué, dans l’émission L’invité de la rédaction de la radio Chaine 3, que plusieurs projets d’infrastructures immobilières ont été érigés sur des sols non-constructibles dans tout le territoire national, ajoutant qu’à Alger, 90% des projets ont été érigés dans les lits mineurs des oueds et aux abords des oueds à Chéraga, Ouled Fayet, Rouiba…etc. M. Chelghoum a, par la suite, expliqué que lesdits projets ne pourront pas absorber une secousse sismique importante vu la lâcheté du sol d’un oued.

« Si la loi 04-20 (promulguée en décembre 2004 / elle interdit la construction d’infrastructure sur le sol d’un oued ) aurait été appliquée, les risques sismiques aurait été réduit aux moins par 80%, que ça soit sur le plan perte humaine ou sur le plan perte matérielle », a ajouté M. Chelghoum.

« Maintenant il y a un wali ou un ministre de l’Habitat qui arrivent et qui donnent les permis de construire, les certificats d’urbanisme…etc. Comment la gestion du risque puisse se faire de manière cohérente et de manière cartésienne ? C’est impossible », a dit M. Chelghoum. « Les pouvoirs publics n’ont pas respecté la loi », a-t-il dénoncé.

Concernant le blocage de la circulation suite aux inondations qui sont provoqués par la pluie, l’expert a indiqué que la même loi prévoit un plan général de prévention contre les risques d’inondations qui est sous-tendu par deux segments qui sont à savoir le système de veille et le système d’alerte, mais cela ne marche pas malgré les bulletins météo spéciales (BMS) à cause de la non application de la loi qui pourrait aussi réduire les risques au moins par 80%.

Tags

Articles en lien

2 Comments

  1. Je n’ai rien appris de nouveau par rapport à votre analyse. Il est connu dans toute la littérature non scientifique que le risque est la rencontre d’un aléa sur la vulnérabilité.
    Merci pour avoir alerté encore une fois ces voraces du ventre de la nécessité de faire les choses dans les normes pour le bien de tous.
    Salutations.

  2. ce qui est primordiale c’est que la justice devrait se pencher sur les catastrophes antérieures et ordonner des enquetes sur tous les dossiers qui ont reçu toutes les « fausses » autorisations de construction sauvages à travers le territoire national. ce sont ces actions qui stopperont la suite. c’est à partir de là que le mal ne se reproduira plus. dans le cas contraire, cela finira dans les oubliettes et ceux qui ont saccagé à leur guise n’arreteront pas de rire sur nous et se diront certainement que nous sommes des « bougnoules ». les mis en causes sont:
    1)- ceux ayant délivrer les fausses autorisations.
    2)- ceux ayant exécuter les travaux, sachant que les autorisations sont fausses.
    3)- ceux ayant receptionner les travaux et signer les procès-verbaux de « fausse » conformité.
    il y aura du pain sur la planche mais c’est necessaire pour l’avenir. ils ne doivent pas échapper !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close