Monde

Un terroriste mauritanien du GSPC extradé du Niger

  •    "Nous l’avons effectivement reçu, il a été extradé du Niger, par avion", a déclaré à l’AFP cette source sécuritaire, sous couvert de l’anonymat.
  •    Selon des sources sécuritaires, Taghi Ould Youssef avait été l’un des premiers Mauritaniens à intégrer les rangs du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien, en 2005. 
  •    Son départ faisait suite à une vague d’arrestations d’islamistes mauritaniens accusés par le régime du colonel Maaouiya Ould Taya (1984-2005) d’entretenir des liens avec le GSPC et le réseau Al-Qaïda d’Oussama Ben Laden.
  •    Le GSPC, organisation salafiste de prédication et de combat, avait ensuite pris, en 2007, le nom d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), étendant ses opérations dans la région désertique du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger…)
  •    Début 2008, Taghi Ould Youssef avait été repéré à Nouakchott par les services de sécurité. Sa photo avait alors été affichée dans les rues de la capitale, ainsi que celle de deux autres extrémistes islamistes recherchés, dans le cadre de la lutte contre les "cellules dormantes d’Al-Qaïda".
  •    En avril 2008, M. Ould Youssef avait pu s’échapper et gagner le maquis, après une opération contre les "jihadistes" présumés dans le quartier Tevragh Zeina de Nouakchott, qui avait fait trois morts (deux présumés "combattants islamistes" et un policier). 
  •    Il s’était ensuite rendu au Niger où il devait, selon les autorités nigériennes, mener une "mission de recrutement de jihadistes" pour le compte de son organisation. Le gouvernement mauritanien avait alors demandé son extradition. Fin 2009, il avait été arrêté et emprisonné au Niger.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP
  •  

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *