Monde

Une délégation du groupe des "Anciens" en visite à Ghaza

  •    L’ex-présidente irlandaise et ancienne haute commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme Mary Robinson, la militante indienne pour les droits des Femmes Ela Bhatt et l’ex-chef de la diplomatie algérienne et émissaire de l’ONU Lakhdar Brahimi sont entrés à Ghaza par le point de passage de Rafah en provenance d’Egypte, selon une correspondante de l’AFP sur place.
  •  
  •    Le groupe des "Elders (Anciens)", qui oeuvre pour la fin des conflits dans le monde, rassemble des personnalités politiques connues comme également l’ex-président américain Jimmy Carter qui doit rejoindre la délégation dimanche au Caire.
  •  
  •    "Le but de la visite est d’attirer l’attention sur l’impact de l’isolement de Ghaza et de lancer un appel pour la levée immédiate du blocus", selon leur communiqué.
  •  
  •    La délégation devait rencontrer des responsables de l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA), des membres des "autorités locales", des hommes d’affaires et des défenseurs des droits de l’Homme, selon le texte.
  •  
  •    Israël a imposé le blocus à Ghaza après la capture en 2006 du soldat israélien Gilad Shalit, toujours détenu, et l’a renforcé après la prise de contrôle du territoire par le groupe islamiste Hamas un an plus tard.
  •  
  •    Après l’indignation provoquée par l’assaut meurtrier de sa marine le 31 mai contre une flottille humanitaire pour Ghaza, Israël a accepté d’alléger le blocus, laissant passer tous les produits à l’exception des armes et des biens susceptibles d’être utilisés à des fins militaires.
  •  
  •    Israël continue néanmoins à restreindre fortement la circulation des personnes et à interdire les exportations de Ghaza.
  •  
  •    Avant Ghaza, la délégation des "Anciens" a rencontré vendredi soir au Caire le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, au début de leur tournée au Moyen-Orient.
  •  
  •    La délégation doit également se rendre en Syrie, en Jordanie, en Israël et en Cisjordanie.
  •    "L’objectif est de stimuler le soutien dans la région aux négociations" de paix israélo-palestiniennes, selon le communiqué.
  •  
  •    Ces négociations, relancées le 2 septembre à Washington, après 20 mois de suspension, sont à nouveau interrompues en raison du refus des Palestiniens de négocier tant qu’Israël poursuit la colonisation.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!