En direct

Une manifestation de jeunes réprimée devant le Parlement algérien

 
     Des dizaines de jeunes rassemblés dimanche  devant le Parlement à Alger pour dénoncer la précarité de leur emploi ont été  "matraqués" par la police et sept d’entre eux ont été arrêtés, selon un député  d’opposition qui affirme avoir subi le même sort.    "Ce matin, près de 200 jeunes se sont rassemblés pacifiquement devant le  Parlement pour sensibiliser les députés à la précarité de leur situation. Ils  ont été matraqués par la police et sept d’entre eux ont été arrêtés", a déclaré  à l’AFP le chef du groupe parlementaire du Front des Forces Socialistes (FFS- plus vieux parti d’opposition) Ahmed Betatache.    "J’ai moi-même été matraqué par les policiers alors qu’ils me connaissent",  a ajouté l’élu qui était sorti avec un autre député de son parti pour discuter  avec ces jeunes.    "L’ironie est qu’au même moment avait lieu un débat au Parlement sur la  liberté de la presse", poursuit ce député.    Ces jeunes, en contrat de pré-emploi, "réclament leur intégration pour que  cesse l’esclavage", dont ils sont victimes, a lancé M. Betatache.    Ces employés précaires ne sont même pas payés au salaire minimum (environ  180 euros mensuels) et n’ont aucune garantie sur leur avenir.    Dans un communiqué transmis à l’AFP, le FFS a dénoncé "cette répression  sauvage" envers les jeunes manifestants ainsi que "l’agression de son chef de  groupe parlementaire en violation de son immunité parlementaire".    Le FFS a également dénoncé "la violation du droit de manifestation  pacifique par les forces de sécurité" alors qu’il est "consacré par la  Constitution et par les différentes chartes du droit international dont  l’Algérie est signataire".    Le chômage touche de plein fouet la jeunesse algérienne. Selon les pouvoirs  publics et le FMI, 21,5% des moins de 35 ans sont sans emploi, contre environ  10% pour l’ensemble de la population.    Les chômeurs manifestent régulièrement en Algérie pour réclamer du travail  et l’arrêt de poursuites judiciaires à leur encontre.    Parmi ceux qui travaillent l’insatisfaction est également de mise: les  travailleurs des corps communs du secteur de la santé ont entamé dimanche un  mouvement de quatre jours pour une amélioration de leurs conditions  socio-professionnelles.    Des sit-in ponctués de manifestations ont eu lieu dans l’enceinte du centre  hospitalier Mustapha-Pacha à Alger, le plus important du pays. Ils accusent la  tutelle d’être "insensible" à leurs "revendications légitimes", selon l’agence  APS.    "Nous avons, cette fois-ci, adressé une lettre au Premier ministre pour la  prise en charge de nos revendications", a indiqué le coordinateur national des  corps communs, affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA),  Mounir Bitraoui.    "Sur les 113.000 employés des corps communs dans le pays, 53.000  contractuels attendent leur titularisation depuis des années, a-t-il notamment  fait valoir.    L’Algérie est touchée depuis des semaines par des grèves non seulement dans  le secteur de la santé mais aussi de l’éducation et des transports, quand ce ne  sont pas les chômeurs du sud qui réclament à cor et à cris du travail.    En dépit de la levée de l’état d’urgence début 2011, les manifestations  sont toujours interdites à Alger. 
    

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!