Monde

Une milice dérobe des armes fournies par les américains à l’armée libyenne (New York Times)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Ce programme financé sur des fonds secrets du Pentagone a été créé dans plusieurs pays du Sahel (Mauritanie, Niger et Mali), ainsi qu’en Libye, pour entraîner des commandos locaux à traquer les militants extrémistes, notamment ceux affilés à la branche d’al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), explique le quotidien.

Mais l’expérience a tourné court en Libye, où la multiplication des milices après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 a plongé le pays dans l’anarchie.

"En Libye, l’entraînement initial le plus ambitieux a pris fin de façon honteuse" quand une milice s’est emparée des armes et équipements fournis à  l’armée dans le cadre de cette formation, affirme le Times.

Les faits se sont produits le 4 août 2013 sur la base de Camp Younis situé à une vingtaine de kilomètres de Tripoli. Les formateurs américains avaient fourni des fusils d’assaut M4, de lunettes de vision nocturne, des pistolets et des véhicules blindés à l’unité antiterroriste qu’ils entraînaient.

Une milice s’en est emparée au cours d’un raid conduit peu avant l’aube, après avoir vraisemblablement été renseignée par un militaire libyen.

Cet épisode a mis fin à l’expérience mais les responsables libyens et américains sont à la recherche d’un site plus sécurisé pour reprendre le programme, précise le quotidien.

Pour ce pays, le Pentagone avait prévu un budget de formation et d’équipement de 16 millions de dollars pour entraîner deux compagnies et leurs éléments de soutien "pour contrer les menaces terroristes et extrémistes en Libye". Les formateurs sont issus des forces spéciales américaines, notamment des Bérets verts et de la Delta Force.

Plus globalement, le Pentagone est confronté à la difficulté de vérifier la loyauté des membres de ces unités d’élite ainsi que le respect des droits de l’Homme des troupes formées, affirme le New York Times. Ce programme secret de formation est doté de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Un budget de 29 millions a été prévu pour la Mauritanie, de 15 millions pour le Niger, où le Pentagone a déployé deux drones Reaper pour aider les forces africaines et françaises à traquer Aqmi.

Dans ces deux pays, les entraînements ont déjà débuté, croit savoir le New York Times. Ce n’est pas encore le cas au Mali, où la coopération militaire américaine, interrompue après le coup d’Etat de 2012, ne reprend qu’à pas comptés. 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

Adherbal

Adherbal, Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2016.
Dans la presse électronique depuis mars 2014. Spécialisé dans l’information sécuritaire et politique.
E-mail: alg24.net@gmail.com
Numéro de téléphone: 0556 71 23 07

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *