Economie

Une nouvelle ruée des banques sur les prêts sur 3 ans de la BCE attendue

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
   Pour la deuxième fois, la Banque  centrale européenne (BCE) va allouer mercredi des prêts sur trois ans aux  banques de la zone euro, une manoeuvre destinée à stabiliser le système  financier européen mais dont les effets bénéfiques sur le crédit se font  attendre.    Le "bazooka" de la BCE est arrivé mais pas sous la forme que certains Etats  l’avaient espéré au départ. Ne pouvant financer directement les Etats,  l’institution assure à la place sans limite la liquidité du système inancier  européen pour qu’il joue son rôle de financeur de l’économie réelle.    Fin décembre, 523 banques de la zone euro ont demandé et obtenu 489  milliards d’euros lors de la première opération de ce genre, un record, au taux  fixe historiquement bas de 1% qui plus est.    Les pronostics vont bon train sur la demande que devrait rencontrer la  deuxième offre, la dernière prévue pour l’instant. La plupart des économistes  tablent sur un niveau similaire, mais certains ont prédit jusqu’à 1.000  milliards d’euros.    Pour le président de la BCE Mario Draghi, le montant pourrait être proche  de celui de la première opération, laquelle a permis selon lui de désamorcer  "une crise majeure du crédit" qui aurait aggravé les problèmes de croissance de  la zone euro.    Pourtant malgré les largesses consenties, les conditions du crédit se sont  encore resserrées en fin d’année dans la région, à l’exception notable de  l’Allemagne, et devraient continuer à le faire au premier trimestre, selon le  dernier sondage trimestriel de l’institution monétaire européenne.    M. Draghi a demandé encore un peu de patience pour mesurer pleinement les  retombées positives de ses actions sur le crédit.    "Il faut que les banques jouent le jeu, qu’elles distribuent une partie du  crédit emprunté à la BCE, mais tout est une question de priorité car elles ont  des contraintes assez fortes", rappelle Cyril Regnat, stratégiste obligataire  chez Natixis.    Les banques de la zone euro sont en effet confrontées à d’importants  besoins de refinancement -600 milliards d’euros cette année, dont 230 milliards  au premier trimestre- que le marché du prêt interbancaire, encore boiteux à  cause du climat de méfiance que la crise de la dette a engendré, n’est pas  capable de couvrir seul.    Par ailleurs les instituts de crédit européens doivent renforcer  massivement leurs fonds propres au premier semestre, mais ne peuvent pas  uniquement compter sur leurs bénéfices pour y arriver, en raison d’une  conjoncture défavorable.    L’afflux de liquidités de la BCE a recréé "un appétit du risque qui a  bénéficié à diverses catégories d’actifs, a détendu les marchés onétaires et  réduit les besoins de financement des banques", souligne Jeroen van den Broek,  directeur de la stratégie du crédit du bancassureur néerlandais ING.    Les banques ont ainsi visiblement commencé à utiliser cet argent frais en  prenant part aux récentes émissions obligataires de l’Italie et de l’Espagne,  dont les taux d’intérêt ont globalement reculé, permettant à ces pays dans le  collimateur des marchés l’an dernier d’emprunter moins cher.    Mais cette généreuse politique a aussi des inconvénients. "Cela menace de  rendre les banques de certains pays dangereusement dépendantes du inancement  de la BCE", relève Marie Diron du cabinet Ernst & Young.    Les banques italiennes et espagnoles ont ainsi 5% de leurs actifs financés  par la BCE et "plus cela augmente, plus il leur sera éventuellement difficile  d’attirer d’autres financements", notamment parce qu’en cas de faillite les  créanciers privés risqueraient d’être désavantagés par rapport à la BCE, selon  elle
 
 
 
 
 
 
 Algérie- ennaharonline
 
 
 
 
 
 
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

bilel messoudi

Journaliste-Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2014
Dans la presse électronique depuis avril 2009. Spécialisé dans l’information de sports .
adresse: cité 722 logement sidi yaya – hidra alger
bilel-messoudi@ennaharonline.com

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *