Monde

Une paix au Proche-Orient, serait-elle possible?

  •    "Aujourd’hui, un véritable optimisme règne sur la scène car les deux parties (syrienne et américaine) réalisent l’importance de l’amélioration des relations bilatérales pour réaliser une paix globale" dans la région, écrit le quotidien officiel as-Saoura.
  •    M. Mitchell qui a été reçu samedi par le président syrien Bachar al-Assad, a affirmé que les Etats-Unis voulaient établir des relations avec Damas qui soient fondées sur "le respect et les intérêts mutuels".
  •    "Israël doit se rendre compte de la détermination sérieuse des Etats-Unis, sans attendre le discours du gouvernement israélien, qui ne suscite d’ores et déjà aucun espoir", poursuit le journal.
  •    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait prononcer dimanche un discours très attendu, dans lequel il annoncera les orientations de son gouvernement à l’égard de la paix dans la région.
  •     Jusqu’à présent, M. Netanyahu a refusé de se prononcer en faveur d’un Etat palestinien et rejeté un gel de la construction dans les colonies de Cisjordanie où vivent quelque 300.000 Israéliens.
  •    Ce double veto a provoqué de vives tensions avec l’administration Obama que M. Netanyahu espère dissiper.
  •    "L’obstination israélienne requiert une intervention sérieuse et influente de la part des Etats-Unis", écrit pour sa part al-Baas, le journal du parti au pouvoir en Syrie.
  •    "Le chemin vers la paix est clair et l’administration américaine est capable de paver la voie" vers un règlement du conflit israélo-arabe, indique le journal.
  •    "La mission est ardue mais elle possible si la nouvelle administration (américaine) réalise ses promesses et surmonte plusieurs obstacles, à commencer par les groupes de pressions pro israéliens" à Washington, estime enfin le journal.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!