Monde

Une Palestinienne tuée par des tirs israéliens

Une Palestinienne a été tuée par des tirs israéliens vendredi lors de manifestations et de heurts le long de la frontière dans la bande de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé dans l’enclave.

Elle est l’une des rares femmes tuées depuis le début, en mars 2018, de protestations rassemblant toutes les semaines des milliers de Palestiniens le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l’armée israélienne.

Amal al-Taramsi, 43 ans, a été atteinte à la tête, a précisé à l’AFP le porte-parole du ministère gazaoui, Achraf al-Qodra. Au moins 25 Palestiniens ont été blessés par des tirs, a-t-il rapporté sur Twitter.

L’armée israélienne ne s’est pas exprimée spécifiquement sur les circonstances de la mort d’Amal al-Taramsi. Elle a indiqué qu’un soldat israélien avait été légèrement blessé par des jets de pierres.

L’intensité de la mobilisation avait globalement décliné depuis un cessez-le-feu en novembre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas qui gouverne sans partage la bande de Gaza.

Depuis mars 2018, 241 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens, la grande majorité le long de la frontière, d’autres dans des frappes de chars ou de l’aviation israélienne. Deux soldats israéliens ont été tués.

La mobilisation a regagné en vigueur vendredi. L’armée israélienne a fait état de 13.000 Palestiniens prenant part à des rassemblements et des violences en différents points de la frontière.

Les soldats ont riposté aux violences « à l’aide de moyens anti-émeutes et (ont ouvert) le feu selon les procédures opérationnelles en vigueur », a indiqué un porte-parole de l’armée. Un appareil israélien a frappé deux positions militaires du Hamas dans l’enclave, a dit l’armée.

Israël, qui soumet la bande de Gaza à un rigoureux blocus depuis plus de dix ans, accuse le Hamas d’instrumentaliser la protestation, qui a pour but de dénoncer le blocus et réclamer le « droit au retour » des Palestiniens chassés de leurs terres ou qui ont fui à la création d’Israël en 1948.

Un journaliste de l’AFP a vu des Palestiniens s’en prendre à une ligne israélienne de barbelés dans l’est de l’enclave et a assisté à des affrontements et à une riposte nourrie de la part des soldats.

Les Palestiniens ont lancé des pierres et des engins explosifs sur les soldats de l’autre côté de la barrière de sécurité, a dit l’armée. Certains ont réussi à franchir la barrière en plusieurs points et à s’infiltrer en Israël avant de rebrousser chemin sous les tirs israéliens, selon un porte-parole de l’armée.

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close