Sports

Victoire des verts : L’Algérie en fête

  • Cette déferlante  »vert et blanc » a touché tout l’Est algérien aussitôt après la fin du 3e match du groupe C des éliminatoires combinées CAN-CM 2010. A Constantine, une ville complètement  »tétanisée » pendant la retransmission de la rencontre à la télévision, les boulevards, les rues et les places publiques ont connu en envahissement sans précédent : voitures, camionnettes, camions, autobus, le tout drapé dans des emblèmes nationaux géants ont créé, par leurs klaxons, une inénarrable cacophonie.
  • Tout à leur joie, des centaines de jeunes ont pris d’assaut, malgré une chaleur étouffante, tous les recoins de la cité du Vieux -Rocher, dansant, chantant à tue-tête, gesticulant dans tous les sens, chacun jubilant à sa façon.
  • Ali Merichi, un jeune homme d’une vingtaine d’années, torse nu, cherchant désespérément, à l’image des dizaines de copains qui l’entourent un véhicule où s’engouffrer, n’a cure de la poignée de minutes qui restent à jouer :  »khouya, 2 à 0, r’bahna (on a gagné) ou raïnhine la coupe du monde ou rabi k’bir ! » (on a ira à la coupe du monde et Dieu est grand), crie-t-il à plein poumons avant de se faire  »happer » par un camarade à bord d’une vieille Peugeot bâchée pleine comme un £uf et tanguant à la manière d’un vieux rafiot par mer démontée.
  • Mohamed Gharbi (65 ans), patron d’un café au c£ur de la nouvelle ville, au centre duquel il a installé un téléviseur pour permettre à ses clients de suivre le match, en oublie de réclamer le prix des consommations :  »ça y est, on est à Johannesburg ! », clame-t-il, ne doutant de rien.
  • A Sétif, de la porte de Biskra jusqu’à l’avenue du 8-Mai 1945, en passant par Aïn Fouara, la ferveur est à son summum.
  • Le célèbre cours de la Révolution de Annaba est également pris d’assaut à l’instar des autres artères de  »la Coquette » dont le c£ur venait de battre la chamade pendant les 90 mn de la rencontre.
  • Tandis qu’à El Tarf, le nom de Rabah Saadane, le coach des fennecs, est scandé : Ya Saadane enta houa ethaalab » (Saadane, c’est toi le renard, par référence au patronyme de son collègue zambien), dans les villes de Mila, Skikda, Batna ou encore Oum El Bouaghi, Khenchela, Tébessa et Biskra, il n’y en n’avait que pour l’équipe algérienne et toutes ces cités vibrent encore au son de  »one, two, three, viva l’Algérie ».
  • A Jijel, même les navires accostés au port, de même ceux mouillant en rade, se sont joints à la fête en faisant actionner leurs sirènes comme pour faire écho au concert de klaxons résonnant en ville.
  • Au centre ouest du pays, même ambiance de joie et de défoulement: les Algériens de Blida, Ain Defla, Chlef, Médéa, Tipasa et Djelfa sont sortis fêter cette belle victoire des  »fennecs » en terre Zambienne.
  • A l’Ouest du pays, les oranais comme les belabbesiens ou les tlemncéniens ont de leur côté rendu hommage aux joueurs de Saadane qui leur ont offert une belle victoire.
  • La rue Algérienne est envahie par des milliers de  »fans » de l’équipe nationale qui défilent, emblème national au vent, pour féter, à sa manière, une victoire qui ouvre grandes les portes de la qualification au Mondial sud-africain.
  • Ennahar

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close