En direct

Washington salue les grands efforts de l’Algérie dans sa lutte contre le terrorisme

Les Etats-Unis ont relevé, encore une fois, les grands efforts engagés par l’Algérie dans sa lutte contre le terrorisme, en affirmant que les forces militaires et policières algériennes avaient permis non seulement de mettre en échec plusieurs opérations terroristes de l’AQMI mais de mettre aussi la pression sur cette organisation terroriste.C’est l’un des principaux constats établi par le département d’Etat américain dans son rapport mondial 2012 de lutte contre le terrorisme publié jeudi et destiné spécialement aux membres du Congrès pour les informer des évènements et tendances qui ont marqué le terrorisme international durant l’année écoulée.Pour le département d’Etat, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) demeure ’’une menace importante’’ pour la sécurité en Algérie, en exploitant "principalement les régions montagneuses à l’est d’Alger et les vastes régions désertiques de la frontière sud de l’Algérie’’.En outre, observe-t-il, la détérioration de la sécurité au nord du Mali, la prolifération des armes de contrebande de la Libye, et l’émergence du Mouvement pour l’unité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), basé au Mali, ’’ont tous contribué à la menace terroriste pour l’Algérie’’.Le département d’Etat note qu’en 2012, ’’les forces de sécurité algériennes ont davantage isolé l’AQMI et ont permis une baisse du nombre d’attaques terroristes réussies, un maintien de la pression sur ce groupe terroriste et la capture d’un certain nombre de terroristes-clés’’.Rappelant que ’’l’Algérie a une longue histoire de lutte contre le terrorisme’’, le département de John Kerry soutient que les autorités algériennes ont poursuivi ’’une campagne agressive contre l’AQMI’’.Au cours des dernières années, ajoute-t-il, ’’les efforts soutenus des forces militaires, sécuritaires et policières algériennes ont permis de saper les capacités d’AQMI dans le nord de l’Algérie et de limiter une grande partie des opérations du groupe dans les zones rurales’’.Néanmoins, notent les auteurs du rapport, l’AQMI a de plus en plus ’’profité du chaos’’ dans la région du Sahel et de la rébellion dans le nord du Mali pour étendre ’’ses zones de contrôle’’.Sur ce point, précise le département d’Etat, ’’les responsables algériens ont souvent signalé les liens entre AQMI et les narcotrafiquants dans le Sahel, et considèrent le terrorisme comme étant fondamentalement lié à des entreprises criminelles qui financent des groupes terroristes.’’Evoquant les opérations terroristes perpétrées en Algérie en 2012, le rapport américain souligne que l’AQMI a continué à commettre des opérations-suicides, ainsi que des attaques utilisant des engins explosifs improvisés (EEI), tels que les pièges explosifs ou bombes artisanales, et des embuscades dans les zones en dehors d’Alger.Citant des statistiques algériennes, il rapporte qu’au moins 175 actes terroristes ont été perpétrés en 2012.Mais contrairement aux années passées lorsque l’Algérie enregistrait habituellement un ’’pic’’ dans les attentats terroristes durant le Ramadhan, le département d’Etat souligne que durant ce mois sacré de l’année 2012, les opérations terroristes ’’ont baissé d’une manière significative’’ permettant d’affirmer que le Ramadhan 2012 a été ’’le moins violent de la dernière décennie’’.Alors que les ambassades américaines avaient fait l’objet d’attaques en septembre dernier dans plusieurs pays de la région dont la Libye, la Tunisie et l’Egypte notamment, le département d’Etat a réitéré que les forces de la police algérienne ’’ont été efficaces dans la protection des missions diplomatiques et dans le renforcement des dispositifs de sécurité en cas de nécessité’’.Par ailleurs, il a observé que dans le sillage du conflit dans le nord malien et des problèmes sécuritaires en Libye, l’Algérie ’’a considérablement augmenté la sécurité des frontières et envoyé des milliers de forces de sécurité supplémentaires, afin de renforcer ses frontières et réduire la contrebande d’armes’’, notant que ’’les longues frontières poreuses restent un défi sécuritaire persistant’’.Sur un autre plan, le rapport américain rappelle que l’Algérie est membre fondateur du Forum global de lutte contre le terrorisme (GCTF, créé en 2011 à New York) et co-présidente du Groupe de travail sur le Sahel au sein de ce Forum.Il précise aussi que l’Algérie est membre du Groupe d’action financière pour la zone Moyen-orient et Afrique du nord (MENAFATF, Middle East and North Africa Financial Action Task Force) chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités illicites et du terrorisme.Abordant la question des rançons contre libération d’otages, le rapport américain adressé au Congrès souligne que l’Algérie ’’oeuvre activement à lutter contre le financement du terrorisme’’.A ce propos, il précise encore que ’’le gouvernement algérien maintient une politique stricte et sans concessions à l’égard des individus ou des groupes détenant des citoyens en otage’’.Le gouvernement algérien, reconnaît-il, ’’a joué un rôle de leadership dans les efforts du Forum mondial de lutte contre le terrorisme afin de sensibiliser les gouvernements à éviter le paiement de rançons aux organisations terroristes’’.A ce titre, le département d’Etat note que l’Algérie a piloté l’élaboration du Mémorandum d’Alger sur les bonnes pratiques en matière de prévention des enlèvements contre rançon par des terroristes et d’élimination des avantages qui en découlent.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close