Monde

Yémen: 7 manifestants tués à Taëz, 13 soldats à Zinjibar

  •    Par ailleurs, à Sanaa, sept partisans du chef des Hached, cheikh Sadek al-Ahmar, qui a rejoint l’opposition, ont été tués dans des combats, selon des médecins, tandis que le bilan des pertes des troupes du président Ali Abdallah Saleh reste inconnu.
  •  
  •    A Taëz, pour dissuader des petits groupes de se rassembler à nouveau après la dispersion lundi d’un sit-in "permanent", les forces fidèles à M. Saleh n’ont pas hésité à tirer sur des manifestants, tuant cinq personnes, selon des sources médicales et des témoins. Deux autres personnes ont été tuées en tentant d’entrer dans Taëz pour manifester.
  •  
  •    Selon des témoins, les forces de sécurité étaient déployées en force à Taëz, à la pointe de la contestation.
  •  
  •    "Le Bureau des Nations unies aux droits de l’Homme a reçu des informations, qui restent à être pleinement vérifiées, indiquant que plus de 50 personnes ont été tuées depuis dimanche à Taëz par l’armée yéménite, la Garde républicaine ainsi que d’autres éléments affiliés au gouvernement", a indiqué la commissaire Navi Pillay dans un communiqué.
  •  
  •    Le sit-in de la "Place de la liberté" a été réprimé "à l’aide de canons à eau, de bulldozers et de balles réelles", a-t-elle ajouté, faisant également état de "centaines de blessés".
  •  
  •    La chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton, s’est dite de son côté "choquée" par l’usage de la force à Taëz et a appelé le président Saleh à signer "sans délai" un plan de sortie de crise proposé par les monarchies du Golfe prévoyant son départ.
  •  
  •    "Il est temps maintenant, sans nouvelles échappatoires, de signer et de mettre en œuvre l’offre de médiation du Conseil de coopération du Golfe (CCG)", a souligné Mme Ashton dans un communiqué.
  •  
  •    A Sanaa, de violents combats ont repris mardi entre les forces du président Saleh et le plus puissant des chefs tribaux, après quatre jours d’un calme relatif, faisant au moins sept tués parmi les partisans du cheikh Sadek al-Ahmar.
  •  
  •    Les combats se poursuivaient mardi en milieu de journée dans le quartier d’Al-Hasaba, dans le nord de Sanaa, où se trouve la résidence de cheikh el-Ahmar. Le secteur était déserté et les habitants se terraient chez eux.
  •  
  •    Les autorités ont accusé cheikh Ahmar d’avoir rompu la trêve, le site internet du ministère de la Défense affirmant que les combattants tribaux ont pris le contrôle du siège du parti du président Saleh et de celui de la compagnie des eaux.
  •  
  •    Des sources proches de cheikh Ahmar ont accusé au contraire les autorités d’avoir repris les tirs sur la résidence du chef tribal.
  •  
  •    Selon des témoins, une colonne de fumée noire s’est élevée de la résidence du chef tribal qui avait annoncé vendredi une trêve après quatre jours de combats qui ont fait au moins 68 morts.
  •  
  •    Dans le sud du Yémen, par ailleurs, 13 militaires sont morts mardi dans le secteur de Zinjibar, portant à 41 le nombre des militaires et civils tués depuis dimanche, lorsque des centaines de combattants présumés d’Al-Qaïda ont pris le contrôle de cette ville, chef-lieu de la province d’Abyane, un fief du réseau extrémiste.
  •  
  •    Six soldats ont été tués et huit blessés dans une attaque lancée par des combattants présumés d’Al-Qaïda, a indiqué une source des services de sécurité. Deux autres soldats blessés lundi ont succombé mardi dans un hôpital d’Aden.
  •  
  •    En outre, cinq militaires ont été tués et 23 autres blessés dans un attentat suicide à la voiture piégée perpétré contre un convoi militaire près de Zinjibar, selon un bilan provisoire de sources médicales.
  •    
  • Ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!