Monde

Yémen: trois manifestants tués, dont un écolier de 12 ans

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
  •    Les autorités ont vite démenti l’usage de "gaz autres que lacrymogènes" et affirmé que la police n’est intervenue à Sanaa que pour séparer des manifestants et des commerçants gênés par le sit-in de l’Universite.
  •  
  •    L’ambassadeur américain à Sanaa a dans le même temps plaidé pour le dialogue entre le pouvoir et l’opposition, qui a épousé les demandes de la rue exigeant le départ immédiat du président Ali Abdallah Saleh, en estimant que l’instabilité ferait le lit d’Al-Qaïda déjà bien implanté dans le pays.
  •  
  •    A Sanaa, la police a lancé un assaut à l’aube contre les manifestants qui campent depuis le 21 février sur la place de l’Université.
  •  
  •    Un manifestant a été tué et près de 300 blessés, dont 30 par balles, les autres ayant été intoxiqués par les gaz, selon le comité médical formé par les manifestants, qui a accusé les forces de sécurité d’employer des gaz toxiques.
  •  
  •    Dans l’après-midi, un autre manifestant a été tué par les tirs d’un sniper non identifié alors qu’il tentait, avec d’autres, de se joindre au sit-in de l’Université de Sanaa, selon des sources de l’opposition.
  •  
  •    Des étudiants et écoliers sont descendus samedi dans les rues du Yémen pour protester contre l’attaque de Sanaa. Plusieurs centaines d’entre eux ont été dispersés par la police à Aden, grande ville du sud, où là aussi la police a été accusée d’avoir utilisé des gaz toxiques.
  •  
  •    A Moukalla, dans le sud-est, un écolier de 12 ans qui participait à une manifestation similaire a été tué par des tirs de la police, a-t-on appris de sources médicales et auprès de témoins.
  •  
  •    Cinq écoliers ont également été blessés lors de la dispersion par la police de la marche, selon des sources médicales.
  •  
  •    L’ONU a indiqué vendredi que 37 militants et au moins six agents de sécurité ont été tués depuis le début des troubles fin janvier et a demandé à Sanaa d’enquêter sur la mort de manifestants.
  •  
  •    Le président Saleh s’était engagé dans un discours jeudi à "continuer de protéger" les manifestants, qu’ils soient pour ou contre son régime.
  •  
  •    Mais un médecin du comité médical mis en place par les organisateurs du sit-in, le docteur Hassan al-Joshaai, a affirmé que les forces de sécurité employaient une forme de gaz innervant contre les manifestants.
  •  
  •    "Ce ne sont pas des gaz lacrymogènes, mais des gaz toxiques qui paralysent le système nerveux et l’appareil respiratoire et provoquent des évanouissements", a expliqué ce spécialiste du système nerveux à l’AFP.
  •  
  •    Selon lui, les médecins ne savaient comment traiter neuf manifestants ayant inhalé ces gaz mardi soir. "Nous avons demandé aux autorités de nous fournir le traitement adéquat et nous attendons toujours", a-t-il ajouté.
  •  
  •    L’ambassadeur américain à Sanaa a plaidé en faveur d’un dialogue entre le président Saleh et l’opposition, en mettant en garde contre le risque d’une guerre civile qui profiterait, selon lui, au réseau Al-Qaïda.
  •  
  •    "L’inquiétude que nous avons (…) est que le risque de violences entre les deux parties ne fait qu’augmenter chaque jour en l’absence d’un dialogue et de négociations", a déclaré le diplomate, Gerald Feierstein, à des journalistes.
  •  
  •    "Nous voulons voir une transition pacifique au Yémen", a déclaré l’ambassadeur américain, dont le pays soutient fermement le président Saleh dans la lutte contre Al-Qaïda.
  •  
  •    "Nous pensons que l’incertitude et l’instabilité aideraient Al-Qaïda et d’autres groupes extrémistes", a averti le diplomate.
  •    
  • Ennaharonline
  •  

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

commentaires

commentaires

Voir plus

admin

Journaliste- Rédacteur du site web ALG24 depuis décembre 2016.
Dans la presse électronique depuis mars 2014. Spécialisé dans l’information la culture francaise.
adresse: cité la konkord batiment 6 N°3 alger
E-mail: dzsecurity@gmail.com
Numéro de téléphone: 0558 76 14 11

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *