Monde

Yémen: un général dénonce "un sabotage" des forces aériennes

      Le commandant de l’armée de l’air du Yémen  a estimé que les forces aériennes étaient la cible d’"un plan de sabotage",  après le nouveau crash cette semaine d’un Sukhoï à Sanaa, dans un entretien  télévisé.    "Les forces aériennes font l’objet d’un plan de sabotage systématique", a  affirmé le général Rached al-Janad vendredi soir sur la chaîne de télévision  yéménite privée As-Saïda.    Il a affirmé que le crash du Sukhoï SU-22 lundi à Sanaa, qui s’était soldé  par la mort du pilote, avait été provoqué par des "tirs ayant touché l’avion"alors qu’il s’apprêtait à atterrir sur une base attenante à l’aéroport de la  capitale.    "La boîte noire de l’appareil a été touchée" dans l’attaque, a-t-il assuré,  ajoutant en citant "des témoins" que "l’avion avait explosé à 50 mètres du sol".    L’armée de l’air avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur les  circonstances du crash, le deuxième après celui à Sanaa d’un autre Sukhoï qui  avait fait le 19 février 12 morts, dont le pilote.    L’Antonov M26, qui s’était écrasé le 21 novembre dans le nord de Sanaa,  tuant ses dix occupants, "avait été également touché par des tirs ayant  provoqué un incendie dans l’un de ses moteurs, à l’origine du crash", a révélé  le général Janad.    Outre l’Antonov, deux autres appareils de l’armée de l’air, dont un  hélicoptère, avaient essuyé, entre le 17 et le 28 novembre 2012, également près  de Sanaa, des tirs qui n’ont pas atteint leur cible, a-t-il ajouté.    Ce scénario s’est répété mercredi dans la province de Baïda (centre)  lorsqu’un hélicoptère de l’armée, avec à bord notamment le ministre du  Transport Ahmed ben Dagher, a dû faire un atterrissage d’urgence après avoir  essuyé trois tirs, a-t-il indiqué en faisant état de l’arrestation de 12  suspects après l’attaque.    Selon lui, ces actes de "sabotage" ont pris une autre dimension avec  "l’explosion" le 6 mai sur la base aérienne d’Al-Anad (sud), la plus importante  du Yémen, de deux véhicules utilisés pour le ravitaillement des avions en  carburant.    "L’objectif était de faire exploser les réservoirs en carburant de la base,  mais l’incendie a été rapidement maîtrisé", a-t-il dit sans désigner le  commanditaire de cette explosion.    Mais le général Janad, nommé il y a un an à la tête des forces aériennes en  remplacement d’un demi-frère de l’ex-président Ali Abdallah Saleh dans le cadre  d’une restructuration de l’armée, a estimé que "les forces affectées par ce  changement" seraient responsables de la série d’actes ayant visé l’armée de  l’air.    Le président Abd Rabbo Mansour Hadi a appelé samedi l’armée de l’air à "la  vigilance". "Nous sommes en lutte contre des forces qui ne veulent pas du bien  pour le Yémen, ou la sécurité et la stabilité du pays", a-t-il ajouté lors  d’une visite au siège du commandement de l’armée de l’air à Sanaa.    Ces forces, qu’il n’a pas identifiées, "oeuvrent pour ébranler l’unité de  l’armée. Mais elles ne vont pas atteindre leurs objectifs et seront  éradiquées", a dit le chef de l’Etat, cité par l’agence officielle Saba.    Des partisans de l’ex-président, accusé d’entraver la transition politique  dans le pays, ont été écartés des postes clés qu’ils occupaient dans l’armée et  les forces de sécurité après le départ en février 2012, sous la pression de la  rue, de M. Saleh. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close