Monde

Zambie: le fils de l'ex-président Banda libéré sous caution après appel

Andrew Banda, fils de l’ancien président  zambien Rupiah Banda, a fait appel mardi de sa condamnation à deux ans de  prison ferme pour une affaire de corruption impliquant une société italienne et  a été libéré sous caution, a indiqué son avocat. "Le tribunal s’est trompé dans la législation quand il a soutenu qu’il  avait sollicité et reçu une gratification pour ses services à l’entreprise  Fratelli Locci en l’absence de toute preuve particulière concernant les  prétendus services", a expliqué à l’AFP son avocat Milner Katolo. "Il a donc fait appel et a été remis en liberté contre une caution de  10.000 kwachas" (1.280 euros environ), a-t-il ajouté.  Arrêté en mai 2012, Andrew Banda, 53 ans, a été condamné à deux ans de  prison ferme vendredi. Il était passible de dix ans de détention pour  corruption et recel de biens acquis avec de l’argent d’origine douteuse.   Ancien ambassadeur-adjoint en Inde et premier secrétaire de la  représentation zambienne en Italie, il était accusé de s’être octroyé une  commission de 2% sur les sommes facturées par Fratelli Locci pour construire  des routes.  Banda père est aussi sous le coup de poursuites pour corruption.   Depuis son arrivée au pouvoir en 2011, le président Michael Sata a accéléré  la lutte contre la corruption mais il est accusé de s’en servir comme prétexte  pour abattre l’opposition. L’administration Sata a tenté de poursuivre aussi le frère d’Andrew, Henry,  qui a quitté la Zambie quand son père a perdu le pouvoir en 2011 et vit en  Afrique du Sud. Mais Interpol a annulé une demande d’arrestation de Henry Banda, la jugeant  politiquement motivée, a déclaré à l’AFP son porte-parole, Richard Elsen.

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *